FEROCE

Danielle Thiéry

Mars 2018

Editions Flammarion

Policier

XxxxxxxxxxX

FEROCE est le 13ème livre de Danielle THIERY mettant en scène le commissaire divisionnaire Edwige Marion.

Après avoir assuré la direction de services très  différents à Lyon puis à Paris, Marion est à présent directrice de l’OCRPV, Office central chargé de la protection des personnes. Son adjoint, le commissaire Louis Zénard, est plus spécifiquement chargé de chapeauter le groupe de Valentine Cara, qui lutte contre les crimes et atteintes graves aux enfants. Psycho-criminologue, Alix de Clavery agit en parallèle du groupe en essayant de faire le lien entre différentes affaires, notamment en tentant de se mettre dans la peau des criminels.

Le groupe est en train de tracer un réseau pédophile, et d’essayer de l’infiltrer, quand des restes humains, probablement d’enfants, sont découverts dans l’enclos des lions du zoo de Vincennes. Alix de Clavery est dépêchée sur le site et se demande si ces ossements ne seraient pas ceux de la petite Swan, 6 ans, disparue 6 ans auparavant au zoo de Thoiry. Alix a suivi cette affaire, n’a jamais pu la laisser de côté, et est toujours restée en contact avec la famille de Swan, dont son grand frère Lorenzo. Elle va donc tout mettre en œuvre, même en marge du groupe, pour découvrir ce qu’il s’est vraiment passé, d’autant qu’une autre petite fille vient de disparaître, qui a besoin de soins constants.

Parallèlement, le commissaire Zénard est retrouvé inconscient dans son véhicule avec les mains ensanglantées, la nouvelle recrue du groupe a disparu. Marion est malade et refuse de se soigner, ses colocataires, dont le policier de la brigade criminelle Abadie, ont des difficultés de couple.

Il n’est pas nécessaire de connaître les protagonistes récurrents de la série pour s’attacher aux personnages, mais c’est un plus… J’ai eu un peu de mal à m’y retrouver au début car j’avais lu quelques ouvrages il y a plusieurs années, et donc un peu de difficulté à accrocher.

Mais des disparitions d’enfants dans l’univers des zoos, des lionceaux menacés de mort, des réseaux pédophiles traqués par un service de police, un commissaire suspecté d’agression sur une collègue disparue, les destins amoureux des policiers entre rupture et réconciliation, associés aux intuitions de la psychologue Alix, forment les ingrédients d’un bon polar. La mise en place m’a paru un peu lente au début, mais le rythme s’accélère, les faux-semblants nous emmènent sur des pistes différentes. Et puis la technologie, c’est bien, mais quand les téléphones n’ont plus de batterie ou de réseau, on se sent bien seul… surtout au milieu d’une cage aux lions !

C’est une histoire avec Edwige Marion, et si on suit l’enquête menée par Valentine, pour moi c’est Alix qui est le principal personnage de ce polar, avec ses doutes, ses angoisses, ses intuitions et cette ténacité à aller jusqu’au bout pour résoudre l’énigme.

Ne surtout pas lire la fin avant d’avoir découvert tout le roman… la dernière scène est effroyable !

Publicité