SUZIE

Sophy Henn

2018

Grasset Jeunesse

XxxxxxxxxxX

Sophy Henn est une auteure anglaise de livres pour enfants, et Suzie est le premier que j’ai l’occasion de lire, ce dont je remercie infiniment les Editions Grasset Jeunesse et Babelio.

L’histoire : Suzie est une petite fille qui raconte sa vie, celle de la  « meilleure aideuse du monde». Suzie veut en effet aider toute sa famille… elle veut montrer qu’elle est capable de s’habiller toute seule, de s’occuper de son petit frère, de faire les courses avec son papa, de ranger les affaires de sa maman, …  et puis quelquefois elle en fait trop… elle fait des bêtises… et ses parents préfèreraient alors qu’elle arrête de les aider !

Le visuel : j’ai été charmée par les couleurs à la fois douces et pétillantes, du vert pâle, du jaune, du blanc, du noir, du rose et du rouge, qui se répètent de la couverture au fil des pages. Le graphisme est simple, mais explicite. Toute la place est donnée à la vie de Suzie et à ses activités qui ressemblent à celles des jeunes lecteurs.

La couverture, avec le titre en surimpression, est très jolie, on y voit déjà un effet de mouvement de la petite fille, à l’air très décidé, qui donne envie d’ouvrir le livre. Le mouvement est vraiment très intéressant dans cet ouvrage, il décrit bien la vitalité des jeunes enfants, même si je n’ai pas réussi à donner un âge à Suzie, probablement entre 3 et 5 ans. Les pages comportent soit des petits, soit des grands dessins, qui correspondent à des situations de la vie quotidienne d’un enfant et très peu de commentaires les accompagnent.

On y retrouve ce qui caractérise les enfants de ces âges, qui veulent copier  les adultes… alors que ces derniers souhaiteraient juste un peu de retour au calme. C’est drôle, les situations correspondent à celles que les parents vivent souvent (le réveil en fanfare, les dessins sur les murs, …), c’est joyeux (les mimiques de Suzie sont irrésistibles), mais par ailleurs il se dégage une grande douceur de ce livre que j’aurais sans aucun doute beaucoup aimé lire avec mes propres enfants.

Publicité

L’AIR DE RIEN

AUDE PICAULT

Octobre 2017

Editions DARGAUD

XxxxxxxxxxX

Je souhaite tout d’abord remercier Lecteurs.com et les éditions DARGAUD de m’avoir adressé cette BD pour découverte… une chouette découverte !

Aude Picault est une trentenaire, dessinatrice de BD, dont quelques 90 « strips », c’est-à-dire bandes dessinées de quelques cases disposées en bande horizontale, ont été publiés entre 2013 et 2015 dans le supplément week-end du journal Libération et regroupés dans l’album inédit « L’air de rien » fin 2017.

Dans l’album, la majorité de ces mini-bd sont ordonnées sur deux rangs, ce qui permet d’y trouver deux histoires par page, sauf 12 histoires qui prennent la forme de quelques cases sur la page de gauche et d’une planche prenant la totalité de la page de droite. Les dessins des strips sont en noir et blanc, avec quelques touches de couleur, la même pour la totalité d’une histoire (dans « Jeux de rôles », les divorcés qui se détestent portent un manteau bleu, tout comme leur enfant, alors que leurs nouveaux conjoints sont exclusivement en noir et blanc…). Ceux des grandes planches sont totalement colorés, ce qui crée un contraste.

Je ne connaissais pas l’auteur, j’avais donc hâte de découvrir. Aude Picault croque la vie quotidienne, qu’elle soit au foyer, dans la rue, au travail ou au café, et fait une part belle (ou moche !) aux relations amoureuses.

Avec humour et tendresse, elle nous met face à nos travers et contradictions : j’ai adoré la fille qui rentre chez elle et ne trouve pas ses clés, qui finit par vider son sac en totalité par terre… et retrouve ses clés dans sa poche ! Du vécu… !!! la femme qui veut tout maîtriser dans son foyer, les femmes que le garçon de café appelle «mesdemoiselles » et qui finissent par tâcler la seule célibataire, l’homme qui donne des conseils à son copain pour quitter sa femme alors qu’il n’est pas du tout décidé, la fille qui se coiffe avec le produit de la publicité en escomptant le même résultat… Si je continue, je vais aussi donner toutes les chutes !

Des BD rapides à lire, d’un intérêt très contemporain, avec une large part faite aux femmes, qui m’ont fait sourire, penser à mes propres travers ou ceux de mes proches, avec ces banalités et généralités qui nous mènent parfois par le bout du nez… et quelquefois réfléchir.

Du point de vue du dessin, mes préférés sont ceux qu’on trouve sur deux pages, car ils sont aussi plus colorés : la page de gauche est souvent un détail de la planche de droite… Il faudrait presque cacher la page de droite pour réfléchir à ce qu’elle pourrait représenter… avant de découvrir qu’elle peut ne rien avoir avec ce qu’on pensait… le chien qui arrive devant une flaque… qu’on imagine être de l’eau… « L’air de rien », je vous laisse découvrir la page de droite !

PAS DE PITIE POUR MARTIN

Karin SLAUGHTER

2009

Editions Grasset et Fasquelle

XxxxxxxxxxX

Un polar de Karin Slaughter, je saute dessus en général. Quand il est court – 150 pages, c’est rare. Quand en plus il est drôle, c’est encore mieux. Mais il est aussi gore, méchant, vicieux, c’est sans doute ce qui fait son attrait !

Martin Reed est… comment dire ? le souffre-douleur de sa génération de copains, de sa mère («A première vue, Evelyn Reed était l’essence même de la charmante vieille dame. Jusqu’au moment où elle ouvrait la bouche »), de ces copains qui sont devenus ses collègues, de sa subalterne qui le traite comme un chien, bref, il n’a rien pour plaire et en plus ne fait pas grand-chose non plus pour changer : «(…) son existence était toute entière placée sous le signe de la banalité, et la normalité avait toujours été son inatteignable horizon. Sa taille, son poids, son intelligence, tout en lui était moyen ; alors pourquoi donnait-il à ce point l’impression d’être toujours en dessous de la moyenne ? » .

Et ce qui est drôle, c’est qu’il travaille comme comptable dans une entreprise qui confectionne du papier hygiénique, et des produits sanitaires en général, d’où la superbe couverture du livre… avec du sang, hé oui, forcément, car c’est  tout de même une reine du polar qui écrit, et il y a eu meurtre ! Meurtre dont est très vite accusé Martin, car il s’agit d’une de ses collègues, qu’on retrouve du sang dans sa voiture, et qu’il est incapable d’expliquer ce qu’il faisait à l’heure de l’horrible crime.

Même la charmante fliquette Albada a dû mal à le disculper, et son avocat commis d’office qui semble avoir «douze ans » tant il fait jeune, n’est vraiment pas d’une grande efficacité.

Tous les clichés du mauvais polar sont dans ce livre : le pauvre type, la fliquette qui se raconte une vie, les méchants, le sexe, le meurtre, l’accumulation est exquise et on finit par souhaiter que ce pauvre type s’en sorte, juste pour une fois ! Mais est-il innocent ou coupable ?

Le ton est féroce, corrosif, l’intrigue est aussi là, mais l’humour est en prime (avec les têtes de chapitre extra longues à la façon des auteurs du 19ème siècle), alors on se laisse faire et on se surprend à être sans pitié pour Martin!

EN UN MONDE PARFAIT

Laura Kasischke

2010

Christian Bourgeois éditeur

XxxxxxxxxxX

Jiselle est hôtesse de l’air, trentaire et célibataire quand Mark, commandant de bord, superbe veuf père de trois enfants, lui demande de l’épouser. Les filles aînées de Mark – Sara et Camilla –  détestent  la nouvelle venue, tandis qu’elle arrive à apprivoiser le jeune Sam.

Jiselle a démissionné pour s’occuper de sa maison et des enfants de son époux, tandis que celui-ci est de plus en plus absent. « Que diable faisait-il là ? Mark avait été absent quatre jours sur cinq depuis le début du mois. Si elle n’obtenait pas que Sam ressorte de sous ce lit, il se pouvait qu’il y reste jusqu’à ce que Mark rentre à la maison. Un squelette d’enfant en jean et T-shirt. Boucles blond vénitien et poussière. »

Pendant ce temps, une terrible épidémie, qualifiée de « grippe de Phoenix », continue de frapper les Etats-Unis, et les citoyens américains sont persona non grata hors de leurs frontières. Mark est ainsi retenu en quarantaine lors d’une escale en Allemagne, et Jiselle doit faire face seule aux coupures d’électricité et aux restrictions d’essence et alimentaires, tandis que le pays sombre dans le chaos.

« Il s’était dit très peu de chose sur ce qui arrivait véritablement aux victimes de la grippe de Phoenix. Seul le ministre de la Santé s’était exprimé sur le sujet. Il avait été critiqué pour son attitude propre à engendrer la peur, et remplacé à son poste par quelqu’un de plus réservé. Mais ses paroles – « J’ai vu des gens succomber au cancer et j’ai vu des gens s’éteindre du sida, or j’ignorais que le Seigneur eût en réserve de bien pires façons de mourir » – avaient été reprises et citées cent mille fois avant que l’on tente de les étouffer. »

Jiselle doit tout mettre en œuvre pour protéger sa nouvelle famille, malgré les différends qui les oppose. Elle organise donc leur vie autour de leçons, de jeux, en attendant que les choses s’arrangent.

Encore une fois, Laura Kasischke mêle la poésie à l’horreur, elle dépeint les paysages, les relations humaines, elle nous tient en haleine jusqu’au bout… et on reste encore imprégné de son écriture après avoir refermé le livre. Moi qui n’aime pas particulièrement les descriptions, je suis toujours fascinée par son aptitude à me faire ressentir (voir, sentir, éprouver) ce qu’elle expose, comme un tableau : « Le temps avait été tellement chaud, ensoleillé et humide, cela de si bonne heure, que toutes les fleurs étaient déjà à leur plus haut degré d’épanouissement, pour ensuite faner dès le début de juillet. Les magnolias, l’air gorgés d’eau, tapissaient la pelouse de leurs pétales. Les branches des rosiers fléchissaient sous le poids des roses. Les jonquilles étaient couchées, leurs tiges ayant ployé sous la charge de fleurs énormes. »