The Game

Jeff Rovin

223 pages

Pocket, 1997

Nicholas Van Orton est un milliardaire américain, dont le seul but dans la vie est de « faire de l’argent », d’assurer la succession de son père, si besoin en écrasant les autres au passage : pas de sentiment en affaires ! Las, ce père tant aimé était peu présent pour ses fils et sa tristesse telle qu’il a mis fin à ses jours à 48 ans.

Le jour de l’anniversaire de Nicholas , le 48 ème aussi, Conrad son jeune frère s’inquiète de sa santé et de son moral et lui annonce qu’il lui offre un cadeau d’anniversaire peu commun : le Jeu. Nicholas est alors contacté par une mystérieuse société au sigle inconnu « C.R.S. » et passe toutes sortes de tests afin de savoir s’il peut commencer le Jeu.

Et alors qu’il maugrée que tout cela va lui faire perdre un temps précieux (le temps, c’est tout de même de l’argent!), on lui annonce qu’il n’a pas réussi les tests. Du coup, Nicholas se sent floué : comment ça, lui, le gagneur, est refoulé par une société inconnue?

Et tout s’enchaîne très vite ensuite : on s’est infiltré dans sa maison, on le suit, les gens autour de lui, y compris ses proches, ont une attitude bizarre. Jusqu’où ira ce Jeu, s’arrêtera-t-il avant le pire?

Ce thriller est adapté (pour une fois, c’est le contraire des démarches habituelles de convertir un livre en film) du scénario du film The Game, mis en scène par David Fincher en 1997, avec Michael Douglas et Sean Penn dans les rôles principaux.

Je n’ai pas vu le film, qui a totalisé plus de 1 200 000 entrées en France, mais le suspense, la course haletante vers un monde sans issue, les manipulations dont est victime Nicholas sont très bien décrits. Le lecteur se demande à chaque page avec lui si les protagonistes font partie du Jeu ou sont des quidams tout à fait normaux! Cet homme très cynique est peu à peu gagné par la colère, puis la peur quand il comprend qu’il n’a aucune prise sur le Jeu. Et cet anniversaire, sensé le détourner du même destin funeste que son père, aura des répercussions inattendues sur sa vie.

Un très bon thriller, rapide à lire et très intéressant sur la manipulation psychologique et ses conséquences.

Citations :

« Seigneur, il espérait que personne n’avait rien préparé. S’il y avait bien une chose qu’il détestait, c’étaient les surprises. Il avait horreur d’être pris au dépourvu. »

« C’était du thé glacé, dit-il en lisant son badge, Christine.

⁃ Excusez-moi monsieur, fit-elle avec un sourire légèrement crispé. Je vais chercher le pichet pour vous le remplir.

⁃ C’est cela. Et un peu moins glaciale, je vous prie.

⁃ Bien sûr, monsieur.

⁃ Je parle de votre attitude, Christine. Pas de la boisson. »

« Quand les gens faisaient bien leur boulot, ils étaient récompensés. Quand ils ne le faisaient pas, ils dégageaient. Il avait dépensé des centaines de milliers de dollars à lancer des procédures de licenciement « illégales ». C’était une question de principe, en plus c’était déductible des impôts, alors pourquoi s’en priver? »

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :