World Trade Center, 47ème étage

Bruno Dellinger

191 pages

J’ai lu, 2004, Editions Robert Laffont, 2002

Un témoignage de plus sur le 11 septembre 2001? Oui

Identique aux autres? Non

Parce que Bruno Dellinger, Français expatrié et chef d’entreprise, n’a pas été tué dans les attentats, parce que physiquement il allait plutôt bien. Mais parce que les informations qu’il délivre dans ce récit, sur une année environ, sont celles du rescapé. L’un de ceux qui étaient dans la Tour numéro un, qui a entendu l’impact et qui est descendu par les escaliers depuis le 47ème étage. Il a pu sortir de la tour, il a pu se réfugier dans une banque après l’effondrement de la Tour deux et le nuage de fumée qui a tout envahi. Mais parce que le stress post-traumatique a été très important et que cela, les médias n’en ont pas beaucoup parlé. L’horreur s’était abattue sur New-York, le nombre de morts était considérable, alors les vivants ont été quelque peu oubliés.

C’est le récit haletant de cette journée effroyable, celui de l’indicible, de l’impossibilité à mettre des mots sur ce qui s’est passé. Bruno Dellinger croit tout d’abord à un accident. Tout s’enchaîne, les deux tours touchées, puis le Pentagone. Sur une cinquantaine de pages, on visualise à nouveau les images répétées en boucle dans le monde entier.

Mais le reste du livre, c’est le lent travail de reconstruction psychique que raconte Bruno Dellinger, le travail de reconstruction de sa société aussi. C’est sa tendresse pour cette Amérique si différente de l’Europe, où seul l’individu compte, mais où il doit s’en sortir seul aussi : trouver des bureaux, reconstituer ses fichiers clients, acheter des fournitures. L’élan de compassion s’arrête où le business reprend ses droits : tu veux reprendre ton activité professionnelle ? Tu vas devoir payer deux ou trois fois le prix d’avant!!! Mais c’est aussi une façon de survivre et de permettre à ses deux employés de surmonter aussi leurs souffrances, il faut continuer à avancer, même quand on préférerait rester dans l’hébétude.

Il nous raconte aussi sa terreur d’ouvrir son courrier, à cause de l’anthrax (j’avais oublié ces atteintes dans le mois qui a suivi la tragédie), son impression d’être seul parmi la foule, l’incompréhension des médecins, jusqu’à celle, bénévole dans un grouoe de soutien, qui va enfin l’écouter et lui permettre de confier enfin ses angoisses.

L’auteur nous livre ses réflexions sur la politique américaine du début des années 2000, sur son hégémonie. Facile de le lire avec 17 ans de recul et de constater que le récit était étrangement prémonitoire…

C’est un récit forcément touchant, mais sans pathos, un document que j’aurais aimé lire plus tôt. Et surtout, j’aimerais savoir si Bruno Dellinger a toujours cette phrase notée sur son Palm :

« Dum vita superest, bene est! » (Tant que la vie perdure, tout va bien! Casanova).

A découvrir absolument, pour avoir une vision de l’intérieur, avec le recul des années écoulées.

Publicité

Loup, y es-tu ?

Janine Boissard

413 pages

Éditions France Loisirs, 2010 (Éditions Robert Laffont 2009)

Vous rentrez chez vous un soir. Vous découvrez un petit garçon endormi sur votre paillasson. Quel réflexe avez-vous alors? Appeler la police, les pompiers? Mais lorsque vous regardez bien l’enfant et que lui vous fixe aussi, vous venez de comprendre que votre vie ne sera plus jamais la même. Car cet enfant, il a les yeux de votre sœur Agathe. Votre sœur, décédée il y a 4 ans dans un incendie en Sicile, après avoir disparu après une dispute mémorable entre vous.

Voilà ce qui arrive à Manon. Et le coup de téléphone lui enjoignant de sauver l’enfant la met dans tous ses états.

Au fil du roman, on suit les efforts de Manon pour aller à la recherche de son passé et de celui d’Agathe, au sein d’une famille marquée par un père à la fois absent et pervers et par une mère trop soumise. Ce passé dont elle ne pourra peut-être se défaire qu’en comprenant ce qui est vraiment arrivé à Agathe. Avec l’aide de Vic et Armelle, ses fidèles amies, de Juan, ancien reporter marqué par l’attentat qui a brisé sa vie, Manon va tout mettre en œuvre pour sauver le petit Mano des griffes d’un parrain de la mafia.

Plongée lumineuse dans Palerme et Syracuse, éclosion des sentiments si longtemps enfouis, mise en valeur de l’amitié, une jolie histoire racontée par la plume habile de Janine Boissard.