Éditorial : le livre audio et moi, première partie

Les origines

J’ai toujours aimé écouter la radio. Pas de télévision chez moi enfant, j’ai donc été élevée au son des histoires extraordinaires et souvent macabres de Pierre Bellemare à mi-journée.

J’ai bien aimé également des feuilletons audios programmés dans les années 80/90, et plus récemment les historiques de Franck Ferrand ou de Christophe Hondelatte.

J’avais aussi testé, enfant, sur 33 tours, les histoires du Club des Cinq d’Enid Blyton (à plusieurs voix, avec fond sonore, mais tellement mal interprété!) ou les contes d’Alphonse Daudet (« Ah quelle était belle la petite chèvre, avec sa houppelande »), narrés par la voix pleine de soleil de Fernandel ou encore les classiques contes de Perrault (Blanche-Neige, La belle au bois dormant, …).

L’oubli

Mais devenue adulte, et malgré sa généralisation, j’avais quelques réticences à me tourner vers le livre audio. Mais pourquoi donc? Sans doute parce que pour moi, lire, c’est se caler dans un endroit pour m’évader totalement avec un ouvrage dont je peux tourner les pages. J’ai testé le livre numérique, il m’arrive d’y succomber, mais bien plus rarement. J’aime l’odeur du papier, j’aime explorer les pages, revenir en arrière, reprendre à nouveau… et ma faculté de concentration et de mémorisation est bien plus grande avec un visuel, comme la grande majorité de la population.

Le retour aux origines

Mais je m’égare. Le livre audio ne m’était donc pas totalement inconnu, mais ne me paraissait pas vraiment adapté à ma condition de « livrivore » (néologisme!). Oui mais voilà, les dernières années ont été marquées par une recrudescence de lectures, mes autres activités manuelles de détente étant impossibles. Alors une reprise professionnelle se profilant, je me suis demandée comment conserver un rythme de lecture relativement soutenu malgré l’utilisation quotidienne de ma voiture (oui je sais, écologiquement je devrais prendre les transports en commun, mais 1 h 15 aller-retour versus 3h, mon choix est vite fait!).

La difficile sélection du livre audio

Alors j’ai décidé de tester le livre audio. Avec appréhension. Ridicule. Parce que la radio est tout de même mon principal outil de détente en voiture, que j’y écoute des émissions très diverses ou que je passe de la musique sur mon lecteur de CD pour chanter bien à l’abri des oreilles d’autrui (s’il pleut demain, vous saurez qui incriminer!).

Oui mais quoi??? Quel type? Concentration, mémorisation. Les deux enjeux. Il fallait donc une histoire qui retienne mon attention. Donc plutôt un polar ou un thriller, qui me tiendrait en haleine, et dont je ne risquerais pas d’oublier l’intrigue entre deux trajets. Et plutôt avec bonne presse, et d’un auteur que je connaissais.

Que pouvais-je donc choisir qui me tienne en haleine??? La suite dans la deuxième partie, très prochainement!

PS… Si vous suivez ce blog, vous savez déjà quel a été mon premier choix de lecture audio… mais pas forcément pourquoi!

Publicité

Une réflexion sur « Éditorial : le livre audio et moi, première partie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :