L’allée du sycomore

John Grisham

Lu par Stéphane Ronchewski

19 h 41, 81 plages en deux CD

Audiolib, 2014, Éditions Jean-Claude Lattès, 2014

Mississipi, Comté de Ford, octobre 1988.

Seth Hubbard, un richissime homme d’affaires, vient de mettre fin à ses jours.

Mais il a adressé quelques jours auparavant un dernier testament holographe à l’avocat Jake Brigance, qui a précédemment défendu un homme noir dans le cadre d’une affaire de meurtre qui a suscité des réactions houleuses dans le comté. Dont l’incendie de la propre maison de Jake par le Ku Klux Klan local.

Dans ce dernier testament, Seth Hubbard laisse la majorité de ses biens à sa femme de ménage noire, Letty Lang, ce qui provoque de nombreuses indignations et interrogations, sur la santé mentale du vieil homme ainsi que sur la teneur de leurs relations.

Jake doit alors défendre la succession de Seth Hubbard, contre les avocats des enfants du défunt qui veulent récupérer leur part de l’héritage, et face à un juge de la vieille école, colérique mais somme toute assez facétieux et terre-à-terre.

D’interrogatoires en découvertes diverses, John Grisham dresse le portrait d’un Mississipi marqué par le racisme et les jeux de pouvoir. Le lecteur suit toutes les audiences du procès, les techniques mises en œuvre par les divers avocats pour parvenir à leurs fins, les rebondissements et le suspense est total jusqu’au dénouement poignant.

L’écriture est remarquable, les descriptions permettent de se projeter et de visualiser les scènes : j’ai entendu les cris des petits-enfants de Letty, ressenti le froid de l’Alaska, je me suis retrouvée dans l’enceinte du tribunal, dans le cabinet de travail de Jake, ou sur la terrasse du vieux juge.

J’ai adoré ce livre, l’habillage musical proposé par l’éditeur, et la voix harmonieuse de Stéphane Ronchewski qui m’a accompagnée durant une quinzaine de jours, et il m’a été bien difficile de sortir de mon véhicule pour vaquer à mes occupations!

Publicité