Une femme simple et honnête

Robert Goolrick

415 pages

Éditions Anne Carrière

Wisconsin, 1907.

Au sein de l’un des états au pire climat du nord des États-Unis, Robert Goolrick conte la rencontre entre un homme, Ralph Truitt, et une femme, Catherine Land.

Ralph, élevé de façon rigoureuse et ascétique, a dû mettre de côté ses fantasmes envers les femmes. Amateur de femmes, il a découvert le grand amour vingt ans auparavant, avec une jeune italienne. Belle maison, enfants, mais le rêve s’est rapidement évanoui, et las de vivre seul, quand s’ouvre le livre Ralph attend la femme qui a répondu à sa petite annonce, celle qui deviendra son épouse et accompagnera ses vieux jours.

De son côté, Catherine Land jette des vêtements somptueux et se vêt d’habits modestes quelques kilomètres avant que son train n’atteigne la gare où Ralph l’attend. Elle est déterminée à se faire épouser, pour ce qui semble être un désir de changement de vie.

Mais très vite, on comprend que celle qui se décrit comme « une femme simple et honnête » détient des secrets et de funestes intentions.

Un an plus tard, Ralph demande à Catherine, devenue son épouse, de rechercher et ramener son fils, qui a depuis longtemps coupé les ponts avec lui. Catherine part alors à Saint-Louis pour s’enquérir du jeune homme. Et celui-ci, Moretti, paraît être une personnalité totalement différente de celle de Ralph. Catherine se laisserait-elle séduire par le fils?

Je suis partagée sur ce livre. L’écriture est remarquable, l’étude de mœurs de l’époque aussi. L’un comme l’autre, Ralph et Catherine, ont des fantasmes de vie intime épanouie, mais là où Catherine peut les réaliser, Ralph se sent obligé de les contenir dans sa ville où le climat rend fou. Mais la mise en place dure jusqu’à environ la moitié du livre, cela m’a paru très long.

J’ai également eu l’impression de redites entre les portraits intimes détaillés de Ralph et de Catherine. Peut-être pour les rapprocher ? Le temps semble s’écouler comme l’étendue gelée et usée par le blizzard du Wisconsin.

Le livre bascule cependant avec la rencontre entre Catherine et Moretti et la vie très active -et nocturne – de Saint-Louis. Et c’est un autre livre qui débute.

Pour finir sur un coup de théâtre…

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :