Comment disparaître

Sharon Huss Roat

Traduit par Pauline Vidal

358 pages

Hugo roman, février 2018

J’ai échangé le livre que j’avais pioché avec Comment disparaître au cours du pique-nique Babelio du 30 juin 2019. C’est peu de dire combien j’en suis ravie et que je remercie la lectrice qui l’a apporté !

J’ai beaucoup aimé ce livre.

Car l’histoire de Vicky, 16 ans, et de ceux qui la côtoient sans la regarder, représente toutes les failles de l’adolescence : l’omniprésence du paraître, l’obligation d’être toujours au top du top, se confondre avec les autres et leur ressembler pour ne pas être la cible de sarcasmes, ou au contraire, dissimuler ce qu’on est vraiment. Et c’est ce qu’a choisi Vicky : disparaître à cause de sa timidité maladive, derrière des vêtements masculins et des cheveux trop longs, se réfugier dans sa meilleure cachette, les toilettes de l’école!

Et lorsque sa meilleure amie Jenna, partie dans le Wisconsin, celle qui la défendait auparavant, finit par lui adresser des messages humiliants, Vicky décide de s’inventer une vie et une échappatoire sur Instagram.

Dissimulée sous un pseudonyme, Vicurieuse, et des vêtements inconnus, coiffée d’une perruque et chaussée de lunettes improbables, elle se met en scène dans des photos avec des célébrités, s’incruste dans des images de concerts ou de films. Pour se sortir de sa solitude. Et à sa grande surprise, elle découvre combien beaucoup de personnes se sentent également isolées, et alors que son compte se nourrit des toujours plus nombreux commentaires de ses followers, Vicky se sent dépassée. Car sa vie réelle est toujours aussi nulle.

Enfin, peut-être pas tant que cela. Car Lipton, un de ses camarades de classe presque aussi timide qu’elle, commence à lui tendre la main.

Et que Vicky se dit que peut-être que si chacun de ses abonnés en aidait un autre… cela pourrait tout changer.

J’ai aimé la façon dont l’auteure décrit ce petit monde si cruel de l’adolescence et des bouleversements qui touchent ces adultes en devenir… et l’impuissance de leurs parents aimants.

Les élèves qui entourent Vicky – Marissa, Marvo, Beth Ann, Adrian, Hallie, … – sont bien choisis aussi : celle-ci va finir par se rendre compte que tel ou telle, derrière un beau physique ou une foule d’admirateurs, peut également se sentir très seul(e).

Ce roman devrait figurer dans les salles d’attente des psychologues pour enfants et des conseillers d’orientation : car il ne dénonce pas les réseaux sociaux, il ouvre une voie sur ce qu’un petit mot prononcé peut changer, en bien ou en mal.

Citations

« Rien de plus humiliant que de se retourner quand ce n’est pas vous qu’on appelle.

Et ce n’est jamais moi qu’on appelle. »

« Pour la première fois de ma vie, j’ai l’impression de participer à quelque chose d’important. Je ne me cacherai pas, je ne regarderai pas le spectacle de loin, sans que personne ne me voie.Vicurieuse fait son entrée dans le monde, ce dont je suis incapable. »

Publicité