Un homme à la crèche

Thomas Grillot

107 pages

Seuil, 2016 Collection Raconter la vie

Fin de lecture 15 décembre 2019

Conseillé par le club de lecteurs, ce livre évoque l’emploi des hommes dans des métiers essentiellement dévolus à la gent féminine.

On y aborde donc la thématique des métiers « genrés », mais pour une fois dans la peau d’un homme.

Thomas Grillot propose, à travers plusieurs exemples vécus, une plongée dans cet univers – une crèche – au sein duquel un homme doit encore plus prêter attention que ses collègues à son comportement avec des jeunes enfants.

Ne surtout pas se substituer aux parents, êtes simplement un relais pour quelques heures, frôler l’invisibilité pour ne pas les faire culpabiliser, certes, cela leur est commun. Mais un homme qui passe son temps « à quatre pattes » à « jouer à des jeux qui ne sont plus de son âge » ? C’est forcément un homosexuel ! Ou, plus grave, un pédophile ???

La vision sexuée des métiers est toujours très prégnante dans notre société, et si le militantisme s’est fortement focalisé sur l’égalité d’accès des jeunes femmes à des métiers dits « virils », l’homme qui veut conserver cette virilité au sein d’une équipe féminine, dans un emploi connoté « maternisant » a également du souci à se faire !

J’ai apprécié de pouvoir envisager ainsi l’autre côté du sexisme ordinaire, dans un court ouvrage qui permet de se poser les bonnes questions : la société qui souhaite toujours plus le partage des tâches à la

maison ne semble ainsi pas encore vraiment prête à accueillir ce partage des genres dans les emplois. Et lorsque, femme ou homme, l’employé envisage ses compétences à l’aune de son sexe, il court manifestement à sa perte, ainsi que le montre l’exemple cité par Thomas Grillot. Un « escalator de verre », – inverse du fameux « plafond de verre » – existe pour les hommes, il leur est obligatoire de le franchir en raison même de leur sexe, même s’ils estiment ne pas en avoir les compétences.

Remettre ses compétences et ses envies en perspective, voilà ce qui fait avancer. Se demander si on a le « bon » genre pour réussir dans un emploi, voilà qui freine les élans.

Un excellent ouvrage, jamais rébarbatif et fort intéressant.

Citations :

« Laisser faire, beaucoup. Observer. Ecouter. Parler peu mais bien. Établir une relation si discrète que les choses arrivent, que l’enfant grandisse aussi grâce à vous, mais que vous ayez l’air de n’y être pour rien : ce serait l’idéal. 

Avec abnégation, votre travail serait en somme d’avoir l’air presque inutile. »

« Une assignation à résider dans ton habit d’homme. »

« Tout conspirerait à faire des hommes isolés dans des milieux de femmes des parangons de l’antinature, du travail, de l’effort. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s