La science de l’esquive

Nicolas Maleski

217 pages

Harper Collins, Collection Traversée, 2020

Fin de lecture : 7 janvier 2020

Je remercie Babelio et Harper Collins pour m’avoir adressé cet ouvrage dans le cadre de la rencontre avec l’auteur le 6 février 2020. Le compte-rendu de cette rencontre est relaté en fin de chronique du livre.

« Esquive : action d’esquiver un coup (…). Mouvement fait pour esquiver. » Larousse

L’ancien boxeur Kamel Wozniak s’y entend en matière d’esquive. Car il est en cavale. Dans un trou paumé. Il se cache.

Enfin, il essaie de se cacher. Oui mais voilà, pour ça, il aurait fallu qu’il reste totalement cloîtré. Et ce n’est pas forcément donné à tout le monde.

Car c’est sans compter son propriétaire, Richard, qui débarque dans le meublé qu’il loue à n’importe quel moment, la gendarmette Sonia qu’il aurait préféré ne pas croiser, une bande de jeunes gens idéalistes et réformateurs, sa jolie voisine Laure qui ne le laisse pas indifférent.

Voilà un livre plein d’humour, que j’ai dévoré, car lu en quelques heures ; savouré, car j’ai pris plaisir à la couleur et à la sonorité des mots, apprécié – et c’est peu de le dire – l’histoire de cet homme attachant malgré l’incertitude du lecteur face à l’acte abominable dont il s’accuse.

Et au-delà de l’histoire d’un homme se dessine celle d’humains de notre époque, qui voudraient aller à contre-courant des injonctions sociétales.

Point de morale, juste un pincement au cœur : et si la fuite était salutaire ?

C’est pour moi une superbe découverte du talent de Nicolas Maleski pour ce deuxième roman. Et un coup de cœur !

Citations

« Tous les plans paraissent grotesques lorsqu’ils ont échoué, même les plus sophistiqués, même les plus abominables. »

« Lorsque les interrogations surviennent, il ne sort pas sa carte d’écrivain ni son joker d’alcoolique. Il reste sous le couvert d’une équivoque hermétique, prétextant une période de transition, de remise en question professionnelle, personnelle. De toute façon Delmas l’interrompt très vite pour reprendre son boniment à la frontière de l’affabulation. Il doit se duper lui-même derrière l’illusion des mots qu’il manie comme un magicien grisé par son génie, et qui refuse de reconnaître que son public s’est fait la malle. »

(Nicolas Maleski, Aurélie Jeannin et Marie Eugène dans les locaux de Babelio)

Retour sur la rencontre :

Marie Eugène, directrice éditoriale, a dévoilé les objectifs de la nouvelle collection initiée par Harper Collins « Traversée » : elle est dédiée à la littérature française au sein d’une maison d’édition américaine de 200 ans. L’enjeu est de s’implanter en France, avec un nombre limité de publications – huit annuelles – d’auteurs français, et marquées par la rencontre entre deux mondes : la dramaturgie et le style, c’est-à-dire une histoire et une empreinte littéraire, de façon qu’au lecteur « un monde reste plus que l’histoire ».

C’est le deuxième roman de Nicolas Maleski, précédemment signé chez Fleuve (Sous le compost).

Sur le fond

Nicolas Maleski voulait écrire l’histoire d’une cavale, puis que le personnage se pose quelque part dans les Cévennes, les Causses, un peu comme un temps de vacances, un territoire très circonscrit où lui-même a passé des vacances. En fait, on y retrouve donc une région de montagne, un village et puis surtout une maison, dans lesquels va s’inscrire le personnage. C’était vraiment un prétexte pour sortir un personnage de son contexte habituel et le placer dans un autre endroit, à la rencontre des personnages sur place. C’est ce qui va le faire rester et ça n’avait pas forcément été prévu d’ailleurs au début de l’écriture !

L’ouvrage permet également de dévoiler les parts sombres de chacun, avec une part d’enjeu politique cher à l’auteur. Il s’est d’ailleurs appliqué au travail des personnages qui ne sont jamais vraiment forcément tels qu’on les envisage au départ. L’auteur avait tous les personnages en tête dès le début de l’écriture, mais ils se sont forgés, affirmés au fil du temps. Il voulait que le lecteur puisse réinterroger à chaque fois le bien, le mal, les apparences et la réalité.

Sur la forme :

Le livre est écrit à la troisième personne du singulier et au présent de l’indicatif pour trancher avec son précédent roman (écrit à la première personne du singulier et au passé simple).

L’écriture est précise et concise car pour l’auteur « chaque phrase devait apporter quelque chose au roman ». Pour son personnage principal, il s’agit aussi d’un « jeu avec le lecteur », qui peut tout imaginer. Mais les seconds rôles sont très importants : on est dans un petit monde, avec peu de personnages, mais l’objectif c’est qu’ils soient tous très aboutis, qu’on sache pour chacun quelle est sa petite vie ou sa petite histoire personnelle.

Publicité

Une réflexion sur « La science de l’esquive »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :