Ils étaient quatre à table

John Dickson Carr

188 pages

Librairie des Champs-Elysées, 1990

Fin de lecture 15 décembre 2021

Quel plaisir de se plonger dans un roman de la collection Le Masque, grâce aux recherches de la charmante bibliothécaire qui a fait découvrir au club des Mordus de polar, auquel je participe, les différentes typologies des livres autour du crime !

Le petit charme suranné des romans policiers des années 30, car si le livre a été édité en français en 1990, son auteur l’a écrit en 1938 et la première parution a été effectuée en 1945, avec une histoire à la manière d’Agatha Christie.

Mr Félix Haye, homme d’affaires. Sir Dennis Blystone, chirurgien. Mr Bernard Schumann, égyptologue. Mrs Bonita Sinclair, critique d’art. Quatre personnes autour d’une table. Les quatre sont empoisonnées, mais une seule d’entre elles est poignardée. C’est ainsi que Marcia, la fille d’une des victimes, les découvre, en compagnie d’un médecin légiste, Sanders.

Mais aucun d’entre les quatre convives ne peut avoir versé le poison dans les verres, chacun s’avérant être l’alibi d’un autre. Alors qui est le meurtrier ?

L’inspecteur en chef de Scotland Yard Masters mène l’enquête avec les deux jeunes découvreurs de la scène de crime. Interrogatoires, visites domiciliaires, la routine policière se met en place. Mais le mystère reste entier. C’est alors que Sir Henry Merrivale, le vénérable chef de la police, apporte ses compétences à ses subordonnés.

« (…) je sais qu’il s’agit d’un juriste éminent, doublé d’un excellent médecin, et aussi d’un vieil original, doué d’un flair étonnant et rusé comme un renard. Un inspecteur de Scotland Yard qui a longtemps travaillé sous ses ordres m’a raconté qu’il l’avait vu résoudre les cas les plus difficiles en matière de criminologie. »

J’ai vraiment eu l’impression de me trouver dans un polar de la célèbre romancière : une romance, un meurtre en « chambre close », des mystérieux objets hétéroclites placés sur des protagonistes empoisonnés, un personnage principal haut-en-couleurs et un peu hautain, « H. M. », qui rassemble les éléments rapportés par ses enquêteurs et réunit tous les protagonistes sur la scène de crime pour dévoiler les faits.

Le lecteur a absolument toutes les cartes en main pour découvrir le mystère. J’avoue que j’avais des doutes sur le meurtrier, mais aucune idée du modus operandi.

Un bien sympathique moment de lecture !

Publicité

Une réflexion sur « Ils étaient quatre à table »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :