Longtemps, je me suis couché de bonne heure

Et pourquoi ne pas arrêter le temps… tout est possible avec un bon livre ! ©️ CF 27/11/2022

Jean-Pierre Gattégno

271 pages

Actes Sud, 2004

Fin de lecture 14 novembre 2022

Lorsque j’ai acheté ce livre en vente de stock de médiathèque en 2021, puis que je l’ai sorti de ma grosse PAL ce mois-ci, ce fut un hasard total. Je n’avais pas en tête qu’il s’agissait de l’incipit du roman de Marcel Proust Du côté de chez Swann, ni que je le lirais à quelques jours de la date anniversaire du centenaire de son décès. M. Proust et moi étions en effet en contentieux depuis le baccalauréat de français… j’emploie à dessein le passé, car il se pourrait fort que le présent ouvrage m’ait ouvert l’appétit…

Sébastien Ponchelet est ce qu’on pourrait appeler un gentil looser. Pour échapper à la vie droite et rangée de son père manutentionnaire, il s’est acoquiné à un malfrat, s’est retrouvé en prison, et, sorti sous contrôle judiciaire, s’est retrouvé à son tour manutentionnaire dans une grande maison d’édition de la capitale. Entre métro, boulot, dodo, souffre-douleur de son chef et amant occasionnel de sa logeuse, la vie de Ponchelet est peu passionnante.

Mais il ouvre par erreur un manuscrit qui doit être retourné à son auteur et en découvre la première phrase – celle du titre du roman – qui va changer sa vie.

Car Sébastien Ponchelet a été « éduqué » en prison par Sholam, un monte-en-l’air de haut vol, érudit, plongé dans ses livres et la tête dans les œuvres d’art qu’il volait.

« Le temps de la prison est fait d’attentes multiples. Sholam y échappait. Jour et nuit il courait le long des phrases. (…) Il était fatigué et malade, mais dès qu’il ouvrait un livre, il retrouvait vigueur et agilité. Tel un marathonien du texte, il parcourait les mots, inlassablement, jusqu’à la ligne d’arrivée.»

Alors, encouragé par le souvenir de son mentor, Ponchelet se met à penser à cette fameuse phrase, à ce qu’elle peut représenter pour lui. Et il observe les autres dans le métro… notamment une jeune femme qui dévore les pages de son propre livre…

Et j’arrête ici mon résumé. Le roman vaut tellement mieux !

Je l’ai dégusté. Des livres à la peinture ou la sculpture, il n’y a qu’un pas, le plaisir. Aimer l’œuvre pour sa beauté et non pour sa valeur financière. Appliquer ce principe dans la vie quotidienne.

Dans ce délicieux hommage à la littérature et à l’art, contre-pied à l’injonction de destinée toute tracée, j’ai eu la sensation de voir un homme courbé (Courbet ?😉) se redresser grâce à la connaissance et la confiance en lui affermie par sa découverte de la beauté des arts.

Ce livre de Jean-Pierre Gattégno m’a donc amenée à découvrir un écrivain à la plume fluide, pleine d’humour, et aux descriptions fines qui me donnent envie de lire ses autres ouvrages. Au-delà, il m’a réconciliée avec M.P. (chuuuuttt, ne criez pas victoire trop vite !), ce qui était une gageure !

Coup de cœur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :