Mon top 20 de 2018

Parmi les ouvrages lus en 2018 (voir le bilan total), peu m’ont déçue, mais j’ai eu des gros coups de cœur. Je ne tiens pas à les classer, je les inscris donc simplement par ordre alphabétique de leur auteur, et sans relire mes chroniques. Ce sont ceux dont l’histoire m’a marquée d’une manière ou d’une autre et dont je recommande la lecture, il y en avait d’autres, j’en ai réduit le nombre à 20, après de nombreuses tergiversations! (Et un bonus de dernière minute 😂, puisque c’est moi qui décide!)

1.Idiss, Robert Badinter

pour l’inconditionnel amour de l’auteur envers sa grand-mère

2.Le malheur du bas, Inès Bayard

pour sa description très réaliste de la déchéance totale d’une femme violée

3.Les mères qui blessent, Anne-Laure Buffet

pour les messages d’espoir qu’on y trouve

4.Les contes du Réveil Matin, Michel Bussi

pour la poésie, l’imaginaire et le retour à l’enfance

5.Orphelins 88, Sarah Cohen-Scali

pour cette dénonciation émouvante d’une phase cachée de l’histoire

6.Un vent de cendres, Sandrine Collette

pour un final horrifiant que je n’avais pas vu arriver

7.La loi de la mer, Davide Enia

pour les témoignages bouleversants de ces migrants et de leurs aidants

8.À travers, Tom Haugomat

pour une vie sans parole, faite de dessins très explicites et pleins de poésie

9.Esprit d’hiver, Laura Kasischke

pour toute une ambiance et une fin exceptionnelle

10.Le lambeau, Philippe Lançon

pour un témoignage que je n’aurais surtout pas voulu manquer

11.Les femmes de la Principal, Lluis Llach

pour la vie de trois femmes fortes dans une Espagne troublée

12.Où passe l’aiguille, Véronique Mougin

pour un destin réel remarquablement narré

13.La part des flammes, Gaëlle Nohant

pour un roman historique très visuel

14.Entre deux mondes, Olivier Norek

pour une enquête dans un camp de migrants et des vies marquées à tout jamais

15.Bakhita, Véronique Olmi

pour un destin hors du commun, de jeune esclave à religieuse canonisée

16.Sujet inconnu, Loulou Robert

pour l’écriture et l’histoire d’une toute jeune femme

17.Le liseur, Bernhard Schlink

pour un amour rendu impossible par le passé d’un personnage

18.La route sauvage, Willy Vlautin

pour l’amitié d’un cheval et d’un jeune garçon à travers une Amérique haute en couleur

19.La fin de la solitude, Benedict Wells

pour l’écriture très mature d’un jeune écrivain

20.Le miroir de Cassandre, Bernard Werber

pour la description de la vie dans un bidonville parisien

Et le bonus de dernière minute, le dernier livre de l’année, qui est aussi un coup de cœur :

Einstein, le sexe et moi, Olivier Liron pour la fraîcheur et le message de tolérance

Publicité