Double exposition

Paul François Husson

151 pages

Auto édition, 2022

Fin de lecture 3 décembre 2022

J’ai découvert – et apprécié – les ouvrages de Paul François Husson il y a quelques années (voir en fin de chronique).

Aujourd’hui, je remercie l’auteur pour m’avoir adressé ce court roman dans le cadre d’un service presse, version réécrite en préalable à la publication prochaine d’un deuxième opus des enquêtes du commissaire Tourette. La couverture est superbe !

Lorsque le roman débute, le commissaire lyonnais Tourette prend sa retraite. Peu enclin à savourer un repos bien mérité en s’adonnant aux plaisirs pêcheurs, le vieil homme arpente les brocantes à la recherche de vieux appareils photographiques. Et lorsqu’il découvre, à l’intérieur d’une antique boîte de chocolat en poudre, des photos de ce qui semble être un meurtre, l’ex policier se sent revivre. Il mène l’enquête, aidé dans la reconstitution des faits par sa femme de ménage, Mme Rybak, et quelques relations qu’il a gardées au commissariat de la Croix-Rousse.

Ce vieux bougon de commissaire, surnommé Tourette au regard de ce syndrome qu’il ne contrecarre pas toujours, est assez attachant dans son envie de redonner du sens à son existence. Un peu naïf aussi, de vouloir mener en solo – ou presque – une enquête qui pourrait bien le mettre en danger.

Au-delà de l’histoire, les descriptions sont tout à fait photographiques, et font le lien avec la passion du héros. On cherche la vérité avec lui à travers la brume qui entoure un lac d’où s’envole un mystérieux héron… et on sourit face à son langage fleuri malgré lui.

La construction du roman permet toutes les interrogations, et comme à son habitude, l’auteur maintient le suspense jusqu’aux dernières lignes pour le plus grand plaisir du lecteur.

J’ai hâte de retrouver le commissaire Tourette dans ses nouvelles aventures !

📚📚📚📚📚📚📚📚📚📚📚📚📚🥲

Pour découvrir mes chroniques des précédents livres de Paul F. Husson, cliquer sur les boutons ci-dessous :

Publicité

Pasakukoo

Le lac, le lodge, l’endroit et l’envers du décor selon la prise de vue. ©CF juin 2021

Roy Braverman

415 pages

Hugo Poche, juin 2021

Fin de lecture 9 juin 2021.

Je remercie Hugo Poche pour m’avoir adressé cet ouvrage dans le cadre d’un service presse, et l’auteur pour sa dédicace inattendue. 🤗

A priori, le lac Pasakukoo, dans le Rhode Island, propose un paysage idéal pour profiter de l’été indien. De préférence dans un très beau lodge, agrémenté d’un ponton et d’un canot amarré, permettant d’aller traquer le poisson. Pas vraiment pour nager, l’eau y est bien trop froide.

Il semble donc que les conditions soient réunies pour que deux auteurs qui se détestent cordialement puissent malgré tout écrire en toute tranquillité pour l’un, Benjamin Dempsey, et organiser des fêtes pour l’autre, Aaron Akerman, chacun de son côté de la rive.

« – Vous êtes écrivain, vous aussi, comme Aaron ? finit-elle par comprendre.

– Non, répond-il comme on parle à une enfant pour ne pas la décevoir, moi je suis écrivain. Aaron, lui, écrit des best-sellers.

– Ce n’est pas la même chose ? s’étonne-t-elle.

– Non. Ce n’est pas tout à fait pareil. »

C’est sans compter l’arrivée tumultueuse d’Esther, une jeune femme invitée par le second, et qui va trouver la mort après avoir visité le premier, déclenchant une série de meurtres aux alentours.

Il suffit quelquefois d’une réputation de séducteur pour que le sort s’acharne sur vous. C’est ainsi que Dempsey va être arrêté par le shérif Blansky, dont il aurait séduit la femme puis la fille. Blansky ne le porte évidemment pas dans son cœur et ne serait pas fâché de le laisser croupir en prison. Et tout va bientôt s’écrouler pour Dempsey : plus de lodge, plus de manuscrit, plus d’éditeur. Malgré ses réticences, Blansky va continuer à mener son enquête et découvrir que la disparition de la jeune femme pourrait résulter de causes diverses…

« (…) la vie, c’est les jeux du cirque, Dempsey, le spectacle et la mort, mais le spectacle surtout, le seul sur lequel nous pouvons quelque chose, parce que la mort, elle, échappe à notre emprise. »

Un mystérieux manuscrit écrit par la défunte, un tueur à gage, une valise remplie de billets, de la corruption, un couple d’amants maudits, un duo d’avocats très spéciaux, la rivalité des polices locales, des écrivains amis-ennemis… finalement, passer ses vacances autour du lac Pasakukoo ne s’avère pas de tout repos.

Si vous cherchez le mystère caché par les brumes du lac, si vous entendez cette voix off qui murmure à votre oreille les messages distillés en tête de chapitre, si vous voulez connaître son identité, n’hésitez pas !

Venez plonger votre regard dans ce polar réjouissant, sans temps-mort, hymne à l’écriture, où vous croiserez le pire et le meilleur de l’humanité… dans un décor magnifique.