L’horizon d’une nuit

Camilla Grebe

Lu par Marie Bouvier et Philippe Spiteri

11 H 23

Audible, mars 2022

Fin de lecture le 19 mai 2022.

Et hop, un nouveau livre audio.

Et hop, un autre polar. Camilla Grebe, une valeur sûre pour maintenir le suspense.

Dans ce one-shot, l’autrice met en scène une famille recomposée : Samir, médecin franco-marocain, et sa fille Yasmin ont émigré de France en Suède après le terrible accident qui a coûté la vie à la mère et à la sœur de la jeune fille. Samir y a rencontré Maria, mère du jeune Vincent, atteint du syndrome de Down. Ils se sont mariés et les deux enfants vivent en harmonie, même si la jeune fille et sa belle-mère ne sont pas toujours sur la même longueur d’ondes, adolescence oblige.

Lorsque le livre débute, Maria participe à une soirée amicale. Lorsqu’elle rentre, sa belle-fille a disparu. Mais du sang retrouvé sur la falaise et une lettre d’adieu semblent indiquer que Yasmin s’est jetée dans la mer.

Toute la famille est dévastée.

Deux policiers sont chargés de l’enquête, dont Gunar. Samir est bientôt suspecté, et Maria qui le défendait se met aussi à douter. Et entre eux, Vincent observe et se tait… c’est la seule solution qu’il a trouvée pour se protéger.

Vingt ans après, on retrouve Gunar qui enquête sur le corps d’une femme rejeté par la mer, quasiment à l’endroit de la disparition de Yasmin : s’agit-il de celui la jeune fille ?

Maria, Vincent, Gunar et Yasmin décrivent tour à tour les événements tels qu’ils les vivent et les perçoivent, avec leurs sentiments, leur approche personnelle et ce qu’ils en comprennent. Les deux comédiens qui leur prêtent leurs voix sont remarquables. J’ai particulièrement apprécié la prestation relative au jeune Vincent, qui le rend très touchant.

Au début, j’ai cru avoir compris rapidement ce qui s’était passé. Puis, au fur et à mesure des récits parallèles, je me suis rendue compte que l’histoire était beaucoup plus complexe que ce que je pensais.

Camilla Grebe évoque la famille recomposée, le racisme, le handicap et les interactions entre enquêteurs, victimes et familles des victimes. Au-delà de l’histoire policière, il s’agit donc d’un roman riche en émotions qui explore les ressorts psychologiques des personnages et les conséquences des actes de chacun, réalisés ou manqués : car si l’un ou l’autre avait réagi différemment, une cascade d’événements terribles auraient pu être évités…

Publicité

Et pour le pire

Noël Boudou

252 pages

Taurnada Éditions, 13 mai 2021

Fin de lecture 26 avril 2021.

Je remercie les Éditions Taurnada de m’avoir permis de découvrir le talent de Noël Boudou, dont j’avais entendu parler (notamment Benzos), mais que je n’avais pas encore eu l’occasion de lire, grâce à la version numérique de Et pour le pire.

Vincent Dolt est un vieux monsieur aigri mais plein d’humour. En fait, il a toutes les raisons d’être aigri : il nourrit depuis 20 ans une vengeance contre les trois malfrats qui ont maltraité, violé et assassiné son épouse Bénédicte. Ces trois-là vont sortir de prison dans quelques jours, et Vincent se prépare à les tuer.

C’est Vincent lui-même qui raconte son histoire, les quelques jours qui le séparent de la mise à exécution de son projet. L’humour transparaît malgré tout dans les réflexions qu’il fait sur ce qui l’entoure, sur les gens, sur le quotidien.

On s’attache à l’homme meurtri au plus profond, on éprouve une tendresse pour celui qui voudrait tant rejoindre sa compagne. Anticlérical de naissance, grand amateur de bières (il faudrait compter le nombre de bouteilles bues au long de ce livre !), il joue les gros durs alors qu’il a tout simplement atteint la fin de son envie de vivre.

« Il faut bien un début à tout. Ne pas mourir idiot. Ne pas mourir innocent. Si je me suis trompé et que le dernier jour je me retrouve devant saint Pierre, je vais avoir l’air fin. Je préfère saint Patrick, au moins, chez lui, on boit des bières. »

Il semble que les projets de Vincent pourraient d’ailleurs être contrecarrés par l’arrivée de ses nouveaux voisins, un couple avec deux enfants. L’homme est une force de la nature, la femme magnifique et possède des qualités insoupçonnées, et leurs enfants apportent de la vie dans le jardin… Leurs relations débutent mal, mais Vincent se laisse peu à peu apprivoiser… sauf que le danger est là, qui rode autour de lui, et d’eux tous à présent qu’ils sont familiers !

Car si Vincent souhaite se venger, les assassins n’ont pas plus digéré leur emprisonnement et c’est une sorte de ligue qui va s’en prendre à lui.

Vincent va devoir apprendre à compter ainsi sur ses nouveaux amis : un homme, un chien, une femme et un fusil… pour le pire !

Voici un des meilleurs thrillers que j’ai lus ces derniers mois. J’ai été émue, bouleversée, horrifiée, choquée, surprise, j’ai également ri (hé oui !), et c’est incroyable à écrire tant le sujet est terrible, mais c’est un coup de cœur !

Némésis

Xavier Massé

320 pages

Éditions Taurnada, 5 novembre 2020

Fin de lecture 16 octobre 2020.

Je remercie les Editions Taurnada de m’avoir transmis ce livre en format numérique dans le cadre d’un service presse.

De Xavier Massé, j’avais déjà lu L’inconnue de l’équation, dont j’avais beaucoup aimé les ressorts psychologiques.

Dans Némésis, l’écriture s’est affirmée, et le lecteur est entraîné dès les premières pages dans l’horreur absolue : un meurtrier s’acharne sur les corps de ses victimes avec une extrême cruauté. Je n’ai ainsi pu m’empêcher d’avoir la nausée à la lecture de certains passages…

Mais cette histoire est aussi celle des retrouvailles de deux amis d’enfance devenus policiers, Vincent et David, au sein du village d’Aussié, près de Lyon, qui les a vu grandir. Et si David en est parti à l’adolescence, Vincent qui y est resté, fait appel à son ami pour résoudre l’enquête qui meurtrit la population.

David découvre que les habitants et les lieux ont bien changé depuis son départ, et tandis qu’une course contre la montre se met en place pour éviter d’autres victimes, il s’interroge sur le passé de certains villageois.

Je ne souhaite pas entrer plus loin dans les détails de l’histoire pour ne pas gâcher le suspense, à vous de découvrir ce qui se cache derrière cette série de meurtres !

C’est haletant, donne envie de poursuivre sa lecture pour en connaître l’issue, mêle les vieilles connaissances avec les nouvelles, les croyances au réel.

En lisant les aventures de ces deux policiers, on a l’impression de ne pas dormir, de les suivre dans leurs poursuites d’ombres mystérieuses à travers des champs bien entretenus, de veiller avec eux devant les maisons de potentielles victimes.

J’ai aimé l’histoire complexe mise en place par l’auteur, ce petit grain de sable qui peut tout changer, cette interrogation du destin : qu’est-ce qui fait que l’on devient ce que l’on est ?

Lu en deux jours, un polar bien ficelé et qui donne envie de continuer à suivre l’auteur dans ses œuvres… et une magnifique couverture !