Série « Langelot »

écrite par Lieutenant X

parue dans les années 1960-1970

Librairie Hachette – Bibliothèque Verte

31 mai 2020

Je n’ai pas pour habitude de parler ici de mes lectures « annexes », celles qui font que je me replonge avec délices dans les ouvrages qui ont bercé mon adolescence.

Mais je possède quelques séries de livres de la bibliothèque verte, que je complète au hasard de chinages en brocantes, boîtes à livres ou ventes d’occasion.

Hier, j’ai trouvé en boîte à livres Langelot et le gratte-ciel. Il n’était pas dans ma collection (que j’essaye de reconstituer car une grosse partie a été donnée par erreur par mes parents 😭) et je ne crois pas l’avoir jamais lu auparavant.

Pour ceux qui ne connaissent pas la série, elle met en scène Langelot, un jeune sous-officier d’un service de renseignement dénommé Service National d’Information Fonctionnelle (S.N.I.F.), embarqué dans diverses aventures, pour déjouer des complots terroristes. Son supérieur, le Capitaine Montferrand, est peu son mentor et un père de substitution. Le chef du SNIF est d’un anonymat mystérieux, mais au cours de la série, on finit par en apprendre plus sur lui. Par ailleurs, sa fille fait l’objet d’une autre mini-série : « Corinne ».

Dans la série des Langelot, certains autres personnages sont récurrents, qu’il s’agisse des méchants comme Mister T, ou des gentils : le lunaire professeur Roche-Verger et sa fille Choupette qui a un faible pour Langelot, et le commissaire Didier, toujours dépassé par les méthodes du jeune espion.

J’ai lu ma trouvaille ce matin.

Et j’y ai retrouvé ce que j’aime dans cette série : de l’espionnage, de l’humour, une vraie histoire bien construite, un auteur connaissant bien lui-même les services de renseignement et mettant son expérience au service de l’intrigue et de ses personnages. Le jeune Langelot, courageux, respectueux de ses aînés mais un brin impertinent envers les incapables, sauveur des jeunes filles en détresse mais surtout au service de son pays, rassemble tous les atouts d’un James Bond en herbe !

J’ai souvent pensé que certains livres dédiés à la jeunesse pouvaient également s’incruster dans les bibliothèques des adultes.

Pour ma part, je trouve plaisantes ces lectures disruptives de celles quelquefois très sérieuses auxquelles je m’adonne !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :